Communiqué de l’Union Locale Solidaires et l’Union Locale FSU Narbonne – le 16/06/2013

 

La marche des chômeurs et des précaires pour leurs droits

fait étape à Narbonne ce mardi 18 juin

 

Plus de 50 personnes ont commencé à marcher lundi 10 juin depuis l’île de la Réunion pour faire entendre la voix des chômeurs depuis le département français le plus touché par le chômage. Pendant 3 semaines ils parcouront les routes de France pour transmettre un message de solidarité et porter leurs revendications.

Après 4 jours à sillonner leur département d’origine, une délégation a pris l’avion pour porter le cahier de doléances des chômeurs et précaires à Montpellier (Hérault) et à Haguenau (Alsace) où ils sont arrivés ce samedi 15 juin.

Les marcheurs doivent rallier Paris le 6 juillet. Un point d’orgue est prévu le 22 juin à Toulouse où aura lieu un débat avec des associations. Cette marche est initiée par un tissu associatif et syndical composé de MNPC (Mouvement National des Chômeurs et Précaires), AC (Agir ensemble contre le chômage), APEIS (Association pour l’Emploi et l’Information et la Solidarité), le DAL (Droit au Logement) et les syndicats FSU/SNU Pôle Emploi et Solidaires/Sud Emploi. Elle a reçu le soutien d’organisations telles que ATTAC, Copernic, UNEF ou FASTI.

A l’avant veille de l’ouverture de la Conférence Sociale des 20 et 21 juin dont les chômeurs et précaires sont exclus, les Unions Locales Solidaires et FSU appellent leurs militants et toutes celles et tous ceux qui refusent l’inacceptable toute puissance du Medef et du néo-libéralisme ambiant, à venir soutenir les marcheurs qui feront étape à Narbonne ce mardi.

Leur arrivée est prévue vers 17h au Giratoire des Colonnes. Ils remonteront l’Avenue Hubert Mouly, le Quai Victor Hugo et le Cours de la République jusqu’au parvis de l’Hôtel de Ville où ils tiendront une conférence de presse publique vers 18h-18h30.

La Marche est un moment fédérateur, porteur d’espoir et de fierté dans les luttes. Le déficit actuel d’action du mouvement social a pour conséquence un émiettement des résistances. Au moment où s'annoncent d'autres mesures scélérates contre l'emploi (ANI) et contre les retraites (rapport Moreau), il est plus que temps de relancer la mobilisation sur le terrain des luttes ! Rappelons-nous qu’en 1933 la première marche des chômeurs avait été un prélude aux rassemblements du Front Populaire et à un passage à l’offensive du mouvement social.

Alors, participez nombreux à la marche des chômeurs et des précaires en nous rejoignant devant l’Hôtel de Ville de Narbonne mardi soir